Dernières nouvelles

Maïs : l’année des superlatifs

Des rendements « élevés à exceptionnels » en fourrage, un rendement « record » de 110 q/ha en grain, et 100 000 ha transférés de l’un vers l’autre : l’année 2021 restera dans les annales.

« Les années se suivent et ne se ressemblent décidément pas. Après deux étés particulièrement chauds et secs, qui avaient accumulé tous les stress possibles pour la culture du maïs, 2021 restera dans les mémoires comme une année sans stress majeur qui se conclut par un bilan record », constate l’Institut du végétal (Arvalis) dans sa lettre d’information du 19 novembre.

« Le maïs grain atteint en 2021 un record de rendement estimé à 110 q/ha (1). Cette bonne performance d’ensemble est tout autant portée par l’absence de mauvaises parcelles que par les situations élites. Les très bons résultats en conditions pluviales en sont l’illustration. Ils s’expliquent par la pluviométrie exceptionnellement abondante de l’été. Les résultats globalement satisfaisants en quantité et qualité sont toutefois à pondérer selon les régions et les dates de semis. »

« Côté fourrage, les rendements sont élevés à exceptionnels. Les maturités ont été atteintes à des dates voisines des normales, mais les récoltes sont apparues tardives en comparaison de ces dernières années, notamment pour les implantations retardées fin avril ou début mai. Ces très bons rendements ont autorisé un report très significatif vers la production de grain. Le niveau de transfert pourrait dépasser cette année les 100 000 ha, soit plus d’un million de tonnes supplémentaires qui vient contribuer au revenu des éleveurs. »

BC

(1) Au 1er novembre, le ministère de l’agriculture prévoyait un rendement de 102,8 q/ha.

A télécharger :

Conjoncture grandes cultures (APCA, 17 novembre 2021)

Les grandes cultures bio dans l’UE (Agence bio, octobre 2021)

Lisez également

Pac 2023 : la France peut mieux faire

La Commission européenne fait une première évaluation du Plan stratégique national 2023-2027 (PSN), autrement dit la déclinaison franco-française de la future Pac. D’ici à l’automne, Paris et Bruxelles vont désormais négocier les ajustements permettant au PSN français d’être agréé par l’UE.