Dernières nouvelles

Maïs : « rendements records mais qualité moyenne »

Les maïs 2021 sont abondants en toute région, riches en amidon et en fibres, mais moyennement digestibles.

L’Institut du végétal (Arvalis) a dressé, le 29 novembre, le bilan de la campagne 2021 en maïs ensilage. Comme le laissaient entrevoir les premières évaluations, « les rendements sont à un niveau record, rarement à moins de 13-14 t de matière sèche par hectare et parfois à plus de 20 t MS ». Un « bilan hydrique très favorable dans la phase sensible » a fait oublier des « températures déficitaires en début de cycle » qui ont pu occasionner des « levées longues et un recouvrement tardif des rangs », résume Michel Moquet (Arvalis). Le rendement moyen national s’établit à 14,9 t/ha, contre 12 t/ha en moyenne entre 2016 et 2020. L’Alsace affiche le rendement moyen le plus élevé (18 t/ha), avec un écart à la moyenne quinquennale dans la région de 29 %. Le Nord-Pas-de-Calais atteint 16,2 t/ha (+ 6 %), la Haute-Normandie 16 t/ha (+ 11 %), la Bretagne 15,5 t/ha (+ 20 %), la Basse-Normandie 15,5 t/ha (+ 11 %), la Picardie 15,5 t/ha (+ 8 %), l’Aquitaine 15,5 t/ha (+ 18 %), la Franche-Comté 15 t/ha (+ 40 %), la Lorraine 15 t/ha (+ 53 %), les Pays de la Loire 14,6 t/ha (+ 27 %), la Bourgogne 14 t/ha (+ 64 %), Poitou-Charentes 14 t/ha (+ 29 %), le Limousin 14 t/ha (+ 43 %), le Centre 13,5 t/ha (+ 59 %), Rhône-Alpes 13 t/ha (+ 28 %), l’Auvergne 12,8 t/ha (+ 45 %), Midi-Pyrénées 12 t/ha (+ 31 %). Une telle récolte a permis de transférer environ 100 000 ha vers le maïs grain – à comparer à une surface initiale de 1,3 million d’hectares.

Des températures « encore fraîches en juillet et août », à l’origine de floraisons femelles en retard de 5 à 10 jours en moyenne, ont contribué à des « récoltes très étalées de début septembre à fin octobre », avec « peu de maïs très secs voire des difficultés à atteindre la maturité dans l’Est », constate Hugues Chauveau (Arvalis). Dans la région, la moitié des ensilages ont été réalisés à moins de 30 % de matière sèche alors que la moyenne nationale ressort à 32,5 % MS.

0,8 kg de lait en moins

L’importance des rendements a contribué à diluer la richesse en matière azotée totale (MAT) qui ne dépasse pas 7 % MS – un chiffre « plutôt bas » – après 7,5 % en 2020. La teneur en amidon, elle, a profité de « bonnes conditions de remplissage malgré une fin d’été plus sèche sur le Grand Ouest et le Nord-Est ». La moyenne nationale atteint 31,7 % (+ 3,4 points en un an). Conjuguée à la hausse des rendements, elle explique un doublement des rendements grains dans la moitié Est de la France. C’est aussi en Alsace-Lorraine que les fibres sont les plus digestibles, contribuant à relever une moyenne nationale de la dNDF en repli de 2 points à 51,1 %, qui constitue « le gros point décevant de l’année ».

La valeur énergétique des maïs 2021 diminue très légèrement (- 0,01 UFL/kg MS) pour revenir à 0,94 UFL. La moitié des ensilages se situent en dessous de cette valeur, ce qui les rend « moins adaptés pour des animaux hauts productifs » (vaches laitières ou jeunes bovins à l’engrais). Les maïs 2021 sont aussi un peu plus encombrants. Au final, calcule Arvalis, une vache recevant une ration à 12 kg MS de maïs produira journellement 0,8 kg de lait de moins qu’en 2020, toutes choses égales par ailleurs.

BC

A télécharger : Le prix du maïs en hausse de 34 % sur un an (ministère de l’agriculture, 30 nov. 2021)

Lisez également

La demande d’aide caprine à remplir sur Telepac avant le 31 janvier

La date limite de dépôt des demandes d'aides caprine, ovines et aux petites ruminants est fixée au 31 janvier 2023. Depuis le 1er janvier 2023, le site Telepac est ouvert pour la télédéclaration des demandes d'aides animales.