La filière caprine présente au Space 2022

La filière caprine sera présente au 35e Space de Rennes (Ille-et-Vilaine) du 13 au 15 septembre 2022.

Pour la deuxième année consécutive, l’ensemble de la filière caprine aura un stand au Space.  L’ANICAP*, l’interprofession nationale, en lien avec les représentants de la filière caprine des régions Bretagne et Pays de la Loire, y présentera leurs actions et expertises techniques à destination des éleveurs caprins et des candidats à l’installation. De son côté, Capgènes, l’unique organisme de sélection génétique de la filière, présentera pour sa part des chèvres de race alpine et saanen.

Éleveurs de chèvres, un métier d’avenir !

« Nous avons la chance d’avoir une consommation qui tire la production vers le haut, et non l’inverse », affirme Jacky Salingardes, président de l’ANICAP. « Nous avons donc besoin d’installations pour répondre à la demande et anticiper les départs à la retraite qui seront nombreux dans les années à venir. L’objectif de notre participation au SPACE est avant tout de promouvoir notre filière et sa production. La filière caprine est active et la demande en produits au lait de chèvre demeure forte, ce qui offre des opportunités et de nombreuses possibilités d’installation à de futurs éleveurs, en reprise, conversion ou création. Le potentiel de développement est important pour des jeunes installés et des zones comme la Bretagne et les Pays de la Loire sont particulièrement dynamiques. Pour soutenir cette tendance, nous souhaitons nous faire connaître auprès de futur.e.s candidat.e.s à l’installation, mais aussi auprès des pouvoirs publics dans les territoires. » Pour Antoine Lardeux, éleveur bio à Segré dans le Maine-et-Loire et président du Comité Caprin régional, « le contexte compliqué depuis 6 mois n’a pas freiné la dynamique caprine : +2 % de production au 1er trimestre 2022 en Pays de la Loire. Nous souhaitons encore étoffer le nombre d’éleveurs pour répondre à la demande des consommateurs. Nous, chefs d’exploitations, sommes à la recherche de salariés, mais aussi de nouveaux collègues et voisins. Le renouvellement des générations, toutes productions confondues, offre des possibilités d’installation sur des ateliers existants ou via la conversion. Jeune ou moins jeune, la filière caprine ligérienne a la capacité de vous aider à construire votre projet et à trouver votre place parmi nous ! »

Franck Mérel, éleveur à Châteaugiron en Ille-et-Vilaine et président de la Commission Caprins et Ovins lait du GIE Elevages de Bretagne, complète son propos : « Pour la filière caprine bretonne, il est important d’être au Space pour montrer le dynamisme de notre région. En effet, malgré un contexte tendu, la filière caprine continue à intéresser les porteurs de projet, ce qui atteste de l’attrait de notre filière. Et c’est tant mieux car le renouvellement des générations est l’un des défis de demain pour l’agriculture. Plus de la moitié des responsables d’exploitations ont 50 ans en Bretagne, et sur les 67 800 actifs agricoles de la région, 2 000 prennent leur retraite chaque année. En 2021, l’âge moyen des porteurs de projet caprin était de 30,5 ans ! La filière caprine participe donc au renouvellement et à la re-densification des zones agricoles, ce qui permet à la Bretagne de rester cette terre d’élevage que nous connaissons. Aujourd’hui, sur les 164 élevages caprins que compte la Bretagne, 60 % sont en filière courte, en production fermière. Spécifique de notre région de par son nombre important, cette catégorie de producteurs se doit d’être accompagnée au mieux, d’autant plus qu’elle attire nombre de futurs installés. »

Les Pays-de-la-Loire : deuxième région caprine française

Les Pays-de-la-Loire sont la deuxième région française productrice de lait de chèvre avec 105 millions de litres livrés à des laiteries privées ou des coopératives. La région ligérienne compte 433 élevages caprins pour 145 000 chèvres qui représentent 15 % du cheptel national. La Bretagne compte 164 élevages dont 66 livrent leur lait à l’une des 4 laiteries présentes sur le territoire et environ 98 transforment leur lait à la ferme. 30 % des élevages livreurs et 75 % des producteurs fermiers sont en agriculture biologique. Parmi les élevages livreurs, on compte également des élevages mixtes, c’est-à-dire à la fois livreurs et producteurs fermiers. Les élevages caprins bretons montrent ainsi la diversité possible en production caprine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ne plus recevoir d’information, cliquez ici

Lisez également

Au sommaire d’Élevages Caprins Magazine

Au sommaire d'Élevage caprins magazine, un retour sur la polémique d'octobre avec un élevage caprins pour la première fois la cible de l'association L214.