Dernières nouvelles

Comment réhydrater les chevrettes

Une diarrhée entraîne une fuite d’ électrolytes et d’eau.  La chevrette ne peut plus absorber correctement les nutriments et souffre du même coup d’un déficit énergétique.

« Le meilleur réhydratant est, avant tout, celui qui est ingéré spontanément par le chevreau souffrant de diarrhée quand il n’est pas très tonique », assure Lionel Reisdorffer, vétérinaire et gérant d’Obione. Partant de ce constat, le laboratoire a imaginé un nouvel aliment complémentaire à effet hydratant, mais pas seulement. Baptisée RéhyKel, cette innovation apporte à l’animal différents électrolytes pour le réhydrater. Il contient également des produits tampons (diacétate, formiate) permettant une coagulation du lait et autorisant l’allaitement. Quant au dextrose et au lactose, ce sont des sources énergétiques qui aident l’animal à ingurgiter plus facilement RéhyKel. Enfin, des oligoéléments comme le sélénium et le zinc stimulent le système immunitaire. Ils représentent des apports indispensables pour l’animal en situation de détresse infectieuse ou digestive. Pour les chevreaux, le produit, dosé à 10 ml, est à diluer dans un quart de litre de lait ou d’eau. Il faut prévoir un à deux repas par jour pendant 48 heures.

De son côté, la société Pectofeed commercialise Pectolit Pro, un aliment complémentaire apportant des vitamines, des oligoéléments et des électrolytes pour prévenir et combattre les troubles digestifs des chevreaux. Pectolit pro contient des sucres, 11,5 % de protéines, et 6 % de matière grasse. Côté prébiotique, le formulateur a misé sur les effets des graines de lin et de l’inuline de chicorée. Ces derniers améliorent les propriétés protectrices du mucus intestinal, véritable barrière de protection.  La composition de ce produit permet de limiter les effets de la déshydratation associée à un passage de diarrhée et de réduire les pertes de poids. En cas de troubles digestifs, il est préférable d’arrêter le lait et de distribuer deux à quatre repas par jour de Pectolit dilué dans de l’eau à 40°C. Un mélange dans du lait est possible dès lors que la température de 40° est respectée.  L’aliment complémentaire est à apporter à hauteur de 50 g/litre. Pour une distribution à la louve, il faut ajouter trois à six kilogrammes de Pectolit pour 25 kg de poudre de lait. Appétent, l’antidiarrhéique est consommé sans difficulté. Son utilisation facilite la transition du colostrum au lait. Il est également disponible en version bio.

Lisez également

Cap sur l’énergie fermière

Jéröme Clochard, éleveur caprin et Aurélien Bérardengo, éleveur bovin et ovin, se sont associés dans un projet de méthanisation agricole. Leur unité va transformer 11 000 tonnes de fumiers caprins et bovins, de déchets verts et de Cive(1). Le biogaz produit est injecté dans le réseau. L’unité est opérationnelle.