Dernières nouvelles

Prairies : un déficit de 30% en 2020

Les pluies d’automne, insuffisantes ou trop tardives, n’ont pas permis un redémarrage de la production d’herbe.

« Au 20 octobre 2020, la production cumulée des prairies permanentes est estimée, au niveau national, à 70% de la production cumulée de référence (1989-2018) à la même période », indique le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 30 octobre. « Le déficit concerne dix régions sur douze. Il est particulièrement marqué dans sept d’entre elles qui présentent une production cumulée inférieure à 75% de la production de référence. Les régions du nord-ouest au centre-est sont les plus touchées : le Grand Est, les Hauts-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté affichent des valeurs de production établies respectivement à 47%, 51% et 57% de la référence. La situation est plus favorable en Bretagne et en Paca pour lesquelles la part de pousse annuelle atteint respectivement 96% et 120% de la pousse annuelle de référence. »

La pousse d’été-automne en berne

« A la faveur de conditions hivernales douces en début d’année, la campagne 2020 a débuté avec une pousse d’herbe supérieure à celle établie sur la période de référence. Cependant, le déficit hydrique, constaté précocement dans le nord et l’est puis généralisé sur majeure partie du territoire durant l’été, a ralenti et parfois stoppé la pousse d’herbe. Ainsi, la pousse d’été-automne (du 20 juin au 20 octobre) ne représente que 22% de la pousse d’été-automne de référence. »

BC

Lisez également

Cap sur l’énergie fermière

Jéröme Clochard, éleveur caprin et Aurélien Bérardengo, éleveur bovin et ovin, se sont associés dans un projet de méthanisation agricole. Leur unité va transformer 11 000 tonnes de fumiers caprins et bovins, de déchets verts et de Cive(1). Le biogaz produit est injecté dans le réseau. L’unité est opérationnelle.