Dernières nouvelles

Innoval veut faire tomber les barrières

Le nouveau groupe coopératif, présent dans le Grand Ouest et à la frontière belge, impacte directement ou indirectement 39 % de la production laitière française.

Après que les assemblées générales de BCEL Ouest, Copavenir, Evolution et GDS Bretagne ont approuvé à 96 %, le 17 juin, leur fusion sous l’égide de la nouvelle coopérative Innoval, le premier conseil d’administration a élu, le 24 juin, un bureau constitué, notamment, de Vincent Rétif, président, et de Patrice Guiguian, 1er vice-président. Avec le directeur général, Yann Lecointre, ils ont présenté, le lendemain en visioconférence, le projet porté par celle qu’ils présentent comme « la coopérative de référence des services en élevage ».

De fait, Innoval va servir 30 000 éleveurs sur 25 départements pesant, « de près ou de loin, 39 % de la production laitière française », mais aussi un poids significatif dans l’élevage caprin ou bovin viande. Pour assurer la « proximité » avec les adhérents, 300 élus impliqués dans 16 comités de territoire, ainsi que 80 agences locales réunissant chacune 10 à 30 des 1 700 salariés d’Innoval, vont assurer l’animation sur le terrain. Ambition affichée : « faire mieux, faire nouveau, en maîtrisant les coûts ». Les dirigeants expliquent que la diminution du nombre d’animaux et d’exploitations d’élevage (- 5 à 6 % par an, selon eux), comme l’interdisciplinarité nécessaire à des prestations de conseil et commerciales efficaces, les a convaincus de se rapprocher.

Un catalogue 2021/2022 est déjà disponible : 130 pages regroupant les activités de ses membres fondateurs : génétique, reproduction, conseil, santé, collecte de données, prestations spécialisées (parage, désinfection, machine à traire…), gestion du troupeau, formations. « Il n’y aura pas de lien entre nos offres », de sorte que le « libre choix » des adhérents de se fournir en tout ou partie chez Innoval sera garanti, assure la direction. Les quatre structures à l’origine d’Innoval totalisent un chiffre d’affaires proche de 200 millions d’euros. La nouvelle coopérative vise les 190 à 220 millions d’euros d’ici à cinq ans à périmètre inchangé. Mais déjà, les dirigeants se disent « prêts à accueillir de nouveaux partenaires ». Au-delà, « nous aurons réussi si un maximum d’éleveurs adhère à notre vision », résume Vincent Rétif.

BC

A lire également : BCEL Ouest, Copavenir, Evolution et GDS Bretagne vont fusionner (20 novembre 2020)

 

 

Lisez également

Lutter contre les effets du stress thermique

Altilis Nutrition Animale, spécialiste des matières premières, propose des solutions contribuant à éviter les impacts négatifs du stress thermique.