Dernières nouvelles

Chiffres clés en France et à l’étranger

Au 1er janvier 2019, la France dénombrait 7 826 élevages détenant plus de 10 reproducteurs caprins, un chiffre quasiment stable depuis cinq ans. Parmi eux, 5 735 détenaient au moins 10 reproducteurs caprins « lait ». Les livreurs de lait de chèvre étaient 2 483 au 1er janvier 2018. 70 % du cheptel est élevé dans les 30 % d’élevages comptant 200 chèvres et plus. L’enquête structures de 2013 montrait que 61 % des chefs d’exploitation étaient âgés de 35 à 54 ans, qu’ils détenaient 66 % des chèvres, alors que 26 % avaient 55 ans et plus et élevaient 19 % des chèvres.

La race Alpine compte le plus grand nombre d’inséminations : 45 700 en 2018, selon Capgènes. Le cheptel caprin français atteignait 1,258 million de têtes en 2018, dont 865 000 chèvres – des chiffres en légère hausse depuis deux ans. Cinq régions détiennent plus de 100 000 chèvres : la Nouvelle-Aquitaine (341 000), les Pays de la Loire (142 000), Auvergne-Rhône-Alpes (135 000), l’Occitanie (122 000) et le Centre-Val de Loire (104 000). Auvergne-Rhône-Alpes compte le plus grand nombre d’exploitations caprines (1 465). Les plus grosses exploitations se trouvent dans les Pays de la Loire (361 chèvres en moyenne) et en Nouvelle-Aquitaine (285 chèvres).

La production de lait de chèvre a atteint 634 millions de litres en 2018, dont 76 % ont été livrés aux industriels, le reste étant transformé à la ferme. La Nouvelle-Aquitaine représente 38 % de la production nationale et 46 % de la collecte. De son côté, Auvergne-Rhône-Alpes pèse 13 % de la production, mais seulement 7 % de la collecte, la majeure partie du lait étant transformée à la ferme. 

Les 1 045 élevages bio détenaient 72 400 chèvres en 2018 (+ 11 200 ou + 18 % en 1 an) pour une production qui a dû avoisiner les 10 millions de litres de lait en 2018, après 8,8 Ml en 2017 ( + 13,6 % en 1 an).

Le contrôle laitier (1 503 élevages) a enregistré 256 095 lactations caprines en 2018. Le rendement moyen atteint 964 kilos par chèvre, le TP 33 g/kg et le TB 37,1 g/kg. Moins de 74 000 inséminations artificielles ont été pratiquées dans 826 élevages l’an passé, dont 45 700 en race Alpine et 28 000 en race Saanen.

Le prix moyen du lait de chèvre à la production s’est établi à 706 €/1 000 l en 2018, après 703 € en 2017 et 696 € en 2016. Le prix moyen a atteint 744 €/1000 l dans le Centre l’an passé, mais il n’a pas dépassé 696 € dans le Centre-Ouest.

 La France, n° 1 européen en production laitière caprine

Les plus grands cheptels caprins européens sont détenus par la Grèce (3,735 millions de têtes en 2018), l’Espagne (2,76 millions) et la Roumanie (1,625 million). Cependant, le principal producteur de lait de chèvre est la France, qui devance l’Espagne (515 000 t), les Pays-Bas (385 000 t), la Grèce (310 000 t) et la Roumanie (235 000 t).

Plus de 1 milliard de caprins étaient dénombrés dans le monde en 2017, essentiellement en Asie (551 millions) et en Afrique (423 millions). L’Amérique (37 millions) et l’Europe (19 millions) arrivent loin derrière. L’écart se réduit fortement lorsque l’on compare les productions laitières : 10,6 millions de tonnes en Asie, 4,5 Mt en Afrique, 0,76 Mt en Amérique mais 2,825 Mt en Europe. La production mondiale de viande caprine totalise 5,85 Mt, dont 4,2 Mt en Asie, 1,37 Mt en Afrique, 0,13 Mt en Amérique et 0,12 Mt en Europe.

 Évolution de la production de lait de chèvre dans les principaux pays producteurs de l’UE des 28 de 2010 à 2018

Pays Production de lait de chèvre en 2010 

(1 000 kg)

Production de lait de chèvre en 2018* 

(1 000 kg)

Variation entre 

2010 et 2018

(en %)

UE 28 2250 2420
  • 7,5 %
France 670 649
  • 3,13 %
Espagne 520 515
  • 0,9 %
Pays-Bas 180 385
  • 113,9 %
Grèce 395 310
  • 21,5 %
Roumanie 220 235
  • 6,81 %
Italie 50 60
  • 20 %
Portugal 60 44
  • 26,7%
Chypre 30 28
  • 6,7 %
Bulgarie 30 24
  • 20 %
Allemagne 35 20
  • 42,9 %

* Estimations GEB

Source : Eurostat 

 

Lisez également

Lutter contre les effets du stress thermique

Altilis Nutrition Animale, spécialiste des matières premières, propose des solutions contribuant à éviter les impacts négatifs du stress thermique.