Dernières nouvelles

43 pistes pour réduire la facture énergétique

Un tout nouveau rapport de l’Ademe (1)Agriculture et efficacité énergétique – formule de nombreuses propositions pour diffuser les bonnes pratiques et réduire les dépenses des exploitations. Nicolas Tonnet, chercheur à l’Ademe, en a dévoilé les principaux enseignements le 28 février au SIA.

Nicolas Tonnet, chercheur à l’Ademe (photo ci-contre), a dévoilé, le 28 février au SIA, le rapport « Agriculture et efficacité énergétique ». Sa première partie est consacrée à un « état des lieux ». Avec 4,5 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) par an, la consommation d’énergie de l’agriculture représente 3% de la consommation totale d’énergie de la France et une facture d’environ 3,2 milliards d’euros. Les trois quarts de l’énergie consommée proviennent du pétrole, essentiellement sous forme de carburant (69 % de la dépense énergétique globale). Les bâtiments d’élevage représentent 18% des besoins totaux, dont 11% pour ceux abritant des herbivores. En termes d’émissions de gaz à effet de serre (GES), le secteur agriculture-forêt représente environ 20% des émissions nationales.

Refroidissement du lait et automatisation

« Avec en moyenne 13 000 € hors taxes en 2015, pour une consommation d’énergie de 14,5 tep/an, soit 170 MWh, la facture énergétique constitue une charge économique non négligeable dans les exploitations agricoles », souligne le rapport. « Dans un contexte où les prix de l’énergie sont prévus à la hausse, la poursuite de la diffusion des solutions d’efficacité énergétique en agriculture est une réelle nécessité pour limiter la dépendance des exploitations à ces fluctuations. » C’est l’enjeu de la 2e partie du rapport, qui aborde les techniques à la disposition de la ferme France. Le rapport en identifie 43 – dont 5 relatives aux bâtiments d’élevage des herbivores – et précise le potentiel d’économie d’énergie associé : pré-refroidisseur de lait (-40%), récupérateur de chaleur du tank à lait (-70%), tank à lait du futur (-80%), automatisation du paillage (-50%), automatisation de l’alimentation (-40%).

Produire 3 fois plus d’énergie à la ferme

Deux scénarios de diffusion de ces techniques économes en énergie ont été étudiés. Le scénario tendanciel, basé sur la diffusion des meilleures technologies disponibles, pourrait permettre, à production constante, une réduction de la consommation globale d’énergie du secteur agriculture de 17% en 2035 et 26% à l’horizon 2050. Le scénario volontariste, basé sur la Stratégie nationale bas carbone, permettrait une réduction de la consommation d’énergie du secteur de 23% en 2035 et 43% à l’horizon 2050. A conditions, toutefois, de « soutenir l’investissement et le changement des pratiques agricoles », souligne Nicolas Tonnet. Selon le chercheur, l’agriculture française pourrait par ailleurs « multiplier par trois sa production d’énergie d’ici à 2050. A cet horizon, 250 000 à 300 000 exploitations pourraient être impliquées dans la production d’énergie, toutes filières confondues, au lieu de 50 000 aujourd’hui. »

BC

(1) Ademe : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

A télécharger : Agriculture et efficacité énergétique (Ademe, 28 février 2019)

A visionner : La transition énergétique dans l’agriculture (colloque Inra, 28 février 2019 au SIA)

Lisez également

Lutter contre les effets du stress thermique

Altilis Nutrition Animale, spécialiste des matières premières, propose des solutions contribuant à éviter les impacts négatifs du stress thermique.