Dernières nouvelles

125 M€ pour « améliorer les élevages »

Julien Denormandie a fourni, le 9 septembre, des précisions sur le contenu du plan de relance.

Le ministre de l’agriculture et de l’alimentation a clôturé l’assemblée générale de l’interprofession laitière (Cniel), le 9 septembre à Paris. Il a salué « la force de la filière », qui lui a permis de poursuivre son activité pendant le confinement. Il a souligné son implication dans les Etats généraux de l’alimentation (EGA). « C’est dans le lait que ça marche le mieux », a-t-il acté, avec « un effet positif » sur le prix du lait, « beaucoup plus limité sur la viande ». Thierry Roquefeuil, président du Cniel et de la FNPL, admet que le lait français est actuellement payé « 15 à 30 €/1000 l » de plus qu’en Allemagne ou aux Pays-Bas. Pour autant, il n’est pas au niveau du prix de revient calculé par la filière, soit 384 €/1000 l en plaine ou 459 €/1000 l en montagne. La « petite euphorie » ressentie au moment du Salon de l’agriculture, en février dernier, a fait place à une « crise économique qui est plutôt devant nous ».

Moins de « tourteau brésilien »

Julien Denormandie a dit sa volonté de poursuivre dans la logique des EGA, en dépit de « quelques trous dans la raquette », en ce qui concerne par exemple les produits à marque de distributeur (MDD). « Nous devons être plus vigilants par rapport à certains comportements inacceptables en matière de répartition de la valeur au sein de la filière ». Mais celle-ci doit aussi « gagner en compétitivité », de sorte que chaque Français puisse accéder aux produits laitiers et que l’exportation perdure. C’est le sens du plan de relance dévoilé le 3 septembre par le gouvernement, sur lequel le ministre a donné quelques précisions. Les « plus de 100 millions d’euros » promis à un plan protéines iront à des cultures alternatives au « tourteau de soja brésilien » ainsi qu’au développement de fourrages adaptés au changement climatique. Le réchauffement implique aussi de reconsidérer les bâtiments d’élevage : « il y aura une ligne de financement », a déclaré le ministre. « Plus de 125 millions d’euros iront à l’amélioration de nos élevages ».

« Montez des projets »

Julien Denormandie invite la filière laitière à travailler sans délai avec lui sur la finalisation du plan de relance de sorte que, dès le 1er janvier 2021, le dispositif soit opérationnel pour les exploitations et les entreprises. « Utilisez votre dynamique pour monter des projets. Le financement n’est pas un problème. C’est la première fois, depuis trois ans que je suis ministre (1), que je m’exprime ainsi », a-t-il remarqué en substance.

BC

(1) Avant d’entrer au ministère de l’agriculture, le 6 juillet 2020, Julien Denormandie, ingénieur agronome de formation, était, depuis juin 2017, secrétaire d’État auprès du ministre de la cohésion des territoires.

A télécharger : Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 11 septembre 2020)

Lisez également

Lutter contre les effets du stress thermique

Altilis Nutrition Animale, spécialiste des matières premières, propose des solutions contribuant à éviter les impacts négatifs du stress thermique.