Dernières nouvelles

Maïs fourrage : les dates de récolte

« Les cumuls de pluie enregistrés ces dernières semaines dans toutes les régions permettent d’aborder plus sereinement la période de forte sensibilité du maïs au stress hydrique », souligne Arvalis.

L’Institut du végétal (Arvalis) a diffusé, le 20 juillet, une première carte prévisionnelle des dates de récolte du maïs fourrage en 2021, lesquelles correspondent « aux maïs les plus avancés de la région. Il revient à chaque éleveur de vérifier la maturité de ses maïs par les méthodes d’observation habituelles (de la date de floraison, de l’état des plantes et du stade des grains) », précise un communiqué.

« Les chantiers se déroulant sur plus d’un mois à l’échelle d’une région, Arvalis recommande de commencer les récoltes suffisamment tôt pour éviter de finir à des taux de matière sèche trop élevés et d’altérer la qualité des ensilages. La plage optimale de récolte des maïs fourrage se situe entre 31 et 35 % de matière sèche plante entière. »

« Année normale à légèrement tardive »

« Depuis quelques jours, le temps frais et humide a laissé la place à des conditions plus estivales. En début de cycle, les cultures ont pu subir localement des dommages liés aux divers ravageurs (corvidés, mouches, taupins…) réduisant ainsi les peuplements. Les cumuls de pluie enregistrés ces dernières semaines dans toutes les régions permettent d’aborder plus sereinement la période de forte sensibilité du maïs au stress hydrique. »

« Les dates de floraison prévues correspondent à une année normale à légèrement tardive, en retard d’environ 5 jours par rapport à l’an dernier. Les régions les plus en avance à la floraison seront également celles où les premiers chantiers d’ensilage sont attendus à partir du 20 août : Rhône-Alpes et Nord Aquitaine, puis Centre et Centre Ouest, Champagne et Lorraine… »

BC

Lisez également

Cap sur l’énergie fermière

Jéröme Clochard, éleveur caprin et Aurélien Bérardengo, éleveur bovin et ovin, se sont associés dans un projet de méthanisation agricole. Leur unité va transformer 11 000 tonnes de fumiers caprins et bovins, de déchets verts et de Cive(1). Le biogaz produit est injecté dans le réseau. L’unité est opérationnelle.